Les 10 meilleures excuses pour ne pas faire du yoga

 In Articles, Yoga
J

entends 10 000 raisons pour lesquelles les gens me disent « devoir se mettre au yoga », mais… Il y a toujours un mais… Loin de moi l’idée de jeter la première pierre, je connais trop certaines de ces excuses pour les avoir utilisées à mes heures !

Voici mon top 10 des excuses dont on croit pouvoir se persuader. Je voudrais faire du yoga MAIS :

1. Je ne suis pas souple.

Je n’étais pas non plus souple quand j’ai commencé, et bien que beaucoup plus souple qu’avant, je reste moins souple que beaucoup de yogi. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Loi de l’attraction : plus vous penserez que vous n’êtes pas souples, plus vous resterez dans des schémas habituels de mouvements pour gens « non souples » et plus vous serez raides ! La bonne nouvelle c’est qu’il ne s’agit pas d’être souple pour se mettre au yoga. Cette pratique accueille tous et toutes, quels que soient l’âge, le niveau de souplesse, le sexe, la race, la préférence sexuelle… Nous sommes tous dans un corps physique qui a, par définition, des limites qui lui sont propres : même les gens les plus souples ne pourront pas avoir un pied qui touche le plafond pendant que l’autre reste au sol…

Le yoga permet de travailler sa souplesse physique et mentale. Votre degré de flexibilité initiale importe moins que votre volonté à élargir votre zone de confort.

CQFD en vidéo : Arthur n’était pas souple, il pouvait à peine marcher, et pourtant il s’est mis au yoga :  (les images parleront explicitement à ceux qui ne comprennent pas l’anglais).

2. C'est pour les filles/ les bonnes femmes.

La majorité des profs que j’ai rencontrés en Inde sont des hommes. A l’origine, les postures physiques de yoga ont pour but de faire en sorte que le corps ne soit plus un obstacle à la profonde méditation. En tant qu’humain, nous avons tous un corps, une énergie unique, une certaine vitalité et la capacité à connecter avec chaque être vivant de cœur à cœur. C’est cette partie de nous que l’on rencontre à travers, entre autres, la pratique du yoga. Pour les anglophones, je vous recommande cette vidéo dans laquelle Russell Brand explique de manière tout à fait virile en quoi le yoga et la méditation l’ont aidé à diriger consciemment ses attention et intention dans une nouvelle direction : la voie qui le satisferait intarissablement de l’intérieur.

 CQFD en vidéo : Autres exemple de yogi virils et urbains 

3. C'est pour les vieilles.

Si vous êtes jeunes, sportifs, dynamiques, et que vous pensez que le yoga c’est de la gym douce pour retraitées, vous n’avez jamais dû assister à un cours d’ashtanga ou vinyasa. En se propageant à l’Occident, la pratique physique du yoga (asanas) a pris de multiples formes, s’adaptant au mode de vie des occidentaux. Si vous aimez transpirer, bouger, renforcer vos muscles (tous vos muscles!) pour atteindre un niveau de détente plus profond, je vous recommande ces types de yoga plus dynamiques.

CQFD en vidéo

4. C'est pour les jeunes.

 « Le yoga permet d’endurer ce que l’on ne peut soigner et de soigner ce que l’on ne peut endurer ».

Un des principes du yoga, c’est l’accueil de ce qui est, la non résistance à ce qui existe déjà. On fait avec ce qu’on a. L’âge n’a rien à voir avec les capacités physiques. On peut être jeune et souffrir de handicap, ou de blessures qui limiteront momentanément ou pas les possibilités du corps. Pratiquer des postures de yoga, c’est se rééquilibrer, intérieurement et physiquement. Tendre avec douceur vers la pleine santé. Où que vous en soyez avec votre corps, vous pouvez trouver une pratique adaptée à vos besoins. Voici un excellent article qui cite quelques uns des bienfaits du yoga pour les aînés.

CQFD : Article sur les bienfaits du yoga pour les personnes âgées

5. J'ai pas le temps.

J’appelle ça : le syndrome du manque. Le verre à moitié vide. Ce sur quoi vous fixez votre attention grandira. Si vous n’avez pas de temps, c’est que vous avez certainement une abondance d’activités dans votre emploi du temps. Chaque jour que vous vivez, vous disposez d’une abondance de minutes, d’une abondance de respirations. Seul vous donnez votre accord pour l’emploi du temps qui est le vôtre. Savez-vous dire non à ce qui ne sert pas votre bien-être et par extension le bien-être de chacun ? -(croyez-moi vous ne faites une fleur à personne lorsque vous remplissez des obligations à contre coeur qui nous priveront tous de votre joie sincère)-. Utilisez-vous votre énergie pour un but qui vous apporte expansion, rayonnement, bien-être ? Ceux qui pensent manquer de temps sont peut-être ceux qui ont le plus besoin d’une parenthèse pour souffler. Il n’est jamais trop tard pour prendre en main la gestion de votre temps ! Et bizarrement, quand on se pose pour une séance de yoga ou de méditation, on finit par développer un nouveau rapport au temps qui nous donne l’impression d’en avoir plus, ou d’être complètement imperméables aux pressions temporelles.

6. J'ai pas d'argent.

Dans la famille « syndrome du manque », donnez moi la sœur. Je m’aperçois que les gens, mêmes ceux se considérant pauvres trouvent toujours de l’argent pour ce qu’ils veulent vraiment. A sommes d’argent égales, d’autres d’ailleurs se considéreront riches. L’argent, c’est de l’énergie. Quelle est votre fuite énergétique ? Où passe votre pouvoir d’achat ? Dans des biens ou activités qui vous donnent de l’énergie et qui vous permettent ensuite de la faire prospérer ou au contraire dans des activités qui vous pompent et vous vident ?

7. Je suis trop gros(sse).

Au cas où vous ne l’auriez pas encore compris, le yoga accueille tout le monde, tel qu’il est. La preuve en image. Cette femme forte publie sur Instagram ses progressions physiques dans les postures de yoga. Un surpoids provient d’un déséquilibre (comportemental, énergétique, alimentaire, hormonal….) et le yoga est justement une clé pour retrouver équilibre et pleine santé. J’en profite pour rappeler que la notion de « trop gros » est subjective, nous ne sommes biologiquement pas tous faits pour rayonner de santé dans un corps 90/60/90. Si vous êtes en surpoids, pouvez-vous vous pardonner le temps d’une séance où vous vous offrirez, avec douceur et bienveillance, tout le soin dont chaque partie de vous mérite ?

8. Je suis fatigué(e), blessé(e) … bref, là je ne peux pas.

Je rappelle à chaque étudiant qu’il est le meilleur prof pour lui même à chaque séance. Il m’est arrivé d’assister à des cours et de ne faire que la moitié des postures même si elles m’étaient accessibles, parce que pour moi, ce jour-là, c’était trop. Nous sommes tous humains. Notre vitalité varie. Même s’il est conseillé d’avoir une pratique dynamique les jours où l’on se sent mous (et vice versa), respectons à chaque séance les besoins et possibilités toujours changeantes de nos corps. Il existe forcément des adaptations qui nous conviendront. Une de mes amies à Bali venait en cours malgré un accident de scooter qui l’empêchait de pratiquer les postures ! Elle y a compris beaucoup de choses, sur le Yoga, sur elle-même et sur le sens de son accident. Je ne dis pas qu’il faut faire du yoga à tout prix, je diffuse l’information : si vous le souhaitez, vous pourrez trouver des moyens pour vivre votre corps en pleine conscience, quel qu’en soit son état.

9. J'irais bien mais là, il fait trop chaud/froid.

Certaines postures et pranayama (exercices de respiration) ont pour effet de refroidir ou réchauffer le corps. Un de mes amis a été sauvé d’un incident grave lors d’un trek dans l’Himalaya par des exercices de pranayama préconisés contre l’hypothermie. Lors de ma formation en Inde, dans les montagnes au cœur de l’hiver, sans chauffage, je me suis retrouvée à « tomber le tee-shirt » lors de 108 salutations au soleil. S’il fait trop chaud, choisissez les heures de votre journée, prenez une serviette, un ventilateur, un coin d’ombre … Bref, ces conseils évidents pour vous montrer que, non, malgré mon air compatissant, ces excuses-là, I don’t buy it* (*je n’y crois pas une seconde) !

10. Il pleut.

Il pleut, c’est le signe que je ne dois pas y aller. Sans rigoler, si l’Univers avait voulu que j’aille au cours de yoga, il aurait fait briller un soleil radieux dans le ciel, aurait déposé au pied de chez moi un tapis volant et mis tout en œuvre pour que j’arrive fraîche et dispose au cours ! Je pense que c’est ça… Dieu ne veut pas que j’aille au cours de yoga.

Personne n’est obligé de faire du yoga de toutes façons ! Ou d’en faire tous les jours, mais dans ce cas-là, ok, à partir d’aujourd’hui, J’ASSUME !

Recommended Posts
Comments

Leave a Comment

CONTACT Shakti & Harmony

+33 (0)7 89 75 63 08

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

Abonnez-vous à notre Newsletter

Accédez à la méditation guidée en vidéo gratuite en souscrivant à notre Newsletter !
Adresse Email
Nom et Prénom
Secure and Spam free...